Mois de l’Europe : découvrir la recherche en biotechnologie

Vendredi 11 mai, dans le cadre du Mois de l’Europe 2018, le Centre européen de Biotechnologie et de Bioéconomie (CEBB), anciennement Centre d’Excellence de Biotechnologies et de Bioéconomie, a ouvert ses portes au grand public, en présence de Jean Notat, conseiller régional et de Jean-Marie-Beaupuy, ancien Député européen.

Inauguré en 2015, le CEBB a été créé sous l’impulsion de la Région Champagne-Ardenne, et fonctionne en partenariat avec les entreprises locales, différentes écoles de l’enseignement supérieur, et le centre de recherche ARD. Ses activités se développent en lien avec le Pôle de Compétitivité reconnu au niveau national, le Pôle IAR (Industries & Agro-Ressources).

L’activité principale du CEBB ? La recherche de nouvelles molécules pour créer de nouvelles industries et donc de nouveaux emplois. A la différence des recherches précédentes, il ne s’agit plus d’utiliser des ressources alimentaires, mais de valoriser les déchets des produits agricoles (comme la paille de blé ou la création de biocarburants de 2ème génération). La transformation de produits de faible valeur, comme la pulpe de betterave après l’extraction du sucre, permet de créer des molécules à forte valeur ajoutée. Ainsi, des matériaux pour le remplacement de la laine de roche peuvent être créés à partir de lin ou de chanvre.

Pour mettre en oeuvre cette chimie propre, cette chimie du végétal ou chimie verte, le CEBB fonctionne par la réunion de 4 chaires, dont les missions sont à la fois de faire avancer la recherche mais aussi d’assurer la formation d’experts dans ces nouveaux domaines :

  • une Chaire de Bioéconomie Industrielle de Neoma Business School qui travaille sur l’acceptation sociétale de nouvelles molécules (autrement dit, étudie les débouchés potentiels sur les marchés de produits issus de la recherche, la façon dont le public non scientifique pourrait ou non utiliser ou accepter d’utiliser de nouveaux produits),
  • une Chaire Agro- Biotechnologies Industrielles avec AgroParistech, qui affine son expertise sur les procédés séparatifs, c’est-à-dire sur la façon d’isoler les molécules pour ensuite les travailler (telle l’utilisation de micro-algues pour produire des plastiques bio-dégradables ou le développement de molécules anti-UV sans impact sur la survie des coraux),
  • l’Université de Reims Champagne-Ardenne qui, par le travail de chercheurs et la formation de docteurs, agit sur le site pour la valorisation du végétal dans les domaines de la cosmétique, de l’énergie et de la chimie (comme l’extraction et la création de molécules anti-oxydantes à partir de paille de son),
  • et la Chaire de Biotechnologie de Centrale Supelec, spécialisée dans la modélisation des procédés pour adapter les outils industriels à la matière première biologique (en développant une connaissance des procédés de transformation, des instruments sont créés avec l’installation de capteurs à différents moments du processus de valorisation, capteurs qui sont ensuite activés par des signaux, pour aider la production de la molécule recherchée).

Ces 4 Chaires et leurs travaux ont été présentés au grand public. Les participants ont ainsi pu s’entretenir avec les chercheurs, et découvrir avec les différents laboratoires les lieux de transformation des matières biologiques locales et de production de nouvelles molécules.

 

Pour en savoir plus : http://cebb-innovation.eu/